comptabilité taxi

Tout savoir sur la comptabilité d’un taxi

Comme toute activité professionnelle, le métier de taxi n’échappe pas à la règle comptable. Cependant, La comptabilité d’une entreprise de taxi possède ses propres spécificités. Voyons les principales différences de la comptabilité d’un taxi.

Des conditions spécifiques pour devenir chauffeur de taxi

Rappelons tout d’abord les principales conditions pour devenir taxi à son compte :

  • avoir un casier judiciaire vierge,
  • posséder un permis B,
  • obtenir une carte professionnelle,
  • acheter ou louer une licence appelée ADS (autorisation de stationnement).

La profession, en tant qu’entrepreneur indépendant, que ce soit en entreprise individuelle ou en société, peut s’exercer, soit comme artisan, propriétaire de son véhicule et de sa licence, soit comme travailleur indépendant, locataire de son véhicule et de sa licence. Dans les deux cas, l’immatriculation au RM (registre des métiers) est obligatoire.
Pour en savoir plus : https://www.demarches.interieur.gouv.fr/professionnels/devenir-chauffeur-taxi

Un chauffeur de taxi a t-il besoin d’un comptable ?

Il est préférable, pour la gestion de cette activité particulière, de s’adresser à un cabinet comptable spécialisé. Comme pour toute entreprise, l’activité d’un chauffeur de taxi entraîne certaines obligations comptables, principalement lorsqu’on l’exerce en tant qu’artisan. Il existe plusieurs logiciels de comptabilité taxi pour faciliter le travail administratif de ces entrepreneurs. Les utiliser vous aidera à automatiser des tâches parfois “lourdes” à défaut d’être très complexes.

Les logiciels généralistes peuvent donc convenir à une comptabilité de taxi simple mais ne sont pas tous à privilégier. Il est recommandé de faire une vraie étude de marché avant de choisir un logiciel qui vous accompagnera pendant longtemps. Par exemple : un chauffeur de taxi n’a pas besoin de fonctionnalités très complexes pour enregistrer ses recettes. L’important est de choisir ce qui est le plus adapté à sa situation. Les logiciels comme NeedMe, Sinao, Facture.net ou Quickbooks sont suffisamment complets et performants pour enregistrer la comptabilité d’un taxi.

Quelles sont les particularités de la comptabilité taxi ?

L’activité de taxi est une prestation de services réglementée qui nécessite un traitement comptable un peu particulier. Il n’y a pas de plan comptable professionnel pour cette activité. La plupart des artisans taxi sont au régime réel simplifié ou au régime réel, ce qui implique la tenue d’un livre journal, d’un grand-livre et l’établissement des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexes).

Les recettes/dépenses

Tous les ans, un arrêté préfectoral définit le tarif des courses : montant de la prise en charge, prix au kilomètre et à l’heure. La loi impose qu’un justificatif soit fourni quand la course dépasse 25 euros. Chaque jour, les recettes doivent être enregistrées dans le livre de recettes.

Les dépenses aussi doivent être enregistrées chronologiquement. Les charges de carburant et d’entretien du véhicule sont les dépenses les plus importantes dans cette profession.

La TVA

Il faut savoir que c’est le taux intermédiaire de 10 % qui est appliqué pour l’activité de chauffeur de taxi, sauf bien sûr pour les micro-entreprises qui sont en franchise de TVA. En général, la déclaration de TVA est à effectuer une fois par an à moins que le chiffre d’affaires annuel ne dépasse 238 000 euros HT.

La détaxe du carburant

Les exploitants de taxi peuvent bénéficier d’une détaxe sur les carburants, pour les besoins de leur activité professionnelle uniquement.

Il s’agit d’un remboursement d’une partie de la TIC (taxe intérieure de consommation). Le montant varie selon plusieurs critères : la région d’achat du carburant, le type de carburant, le taux défini par l’État.

La CET

La contribution économique territoriale (CET) comprenant la CFE (cotisation foncière des entreprises) et la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) n’est pas due si l’artisan exploite un seul véhicule de 7 places ou moins.

Conclusion :
La comptabilité d’un taxi n’est certes pas la plus complexe, mais elle doit quand même rester professionnelle et être suivi par un cabinet professionnel pour être en règle. Les règles spécifiques à ce métier sont nombreuses et il peut-être difficile de gérer une comptabilité tout en exerçant le métier de chauffeur taxi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.