type de créance

Les Types de créances en comptabilité

Les créances comptables font partie du b.a.ba de la comptabilité générale. Cet article vous aide à en comprendre l’essentiel et à déterminer les principales créances qui s’appliquent aux écritures comptables.

Créance client comptabilité : définition

Qu’est-ce qu’une créance comptable ? Une créance peut se traduire comme un droit d’un débiteur sur son créancier. Le débiteur est celui qui doit (débit) et le créancier, celui qui reçoit (crédit). La créance comptable se traduit très souvent par une somme d’argent que le débiteur (client) doit payer au créancier (fournisseur du bien ou du service).

Créance client, actif ou passif en comptabilité ?

La créance se situe donc au niveau de l’actif du bilan comptable, car elle constitue l’ensemble de sommes à recevoir. Avoir des créances est plutôt une bonne chose, avoir des dettes l’est beaucoup moins.

Lors des encours-client, il arrive que les créances ne soient pas honorées par leurs débiteurs. Cela se traduit souvent par un recouvrement de créances qu’il faut écrire au bilan pour équilibrer la comptabilité de l’entreprise. Des entreprises comme recovery.fr peuvent vous aider dans votre recouvrement de créances impayées.

Quels types de créances pour la comptabilité ?

Voici les principaux types de créances trouvés dans le quotidien du comptable et comment les enregistrer au bilan. N’oubliez pas de vous munir de votre plan comptable général pour enregistrer ces écritures.

Créance fournisseur

Il s’agit d’avoirs ou de remboursements en attente que le fournisseur doit effectuer envers son client suite à la reprise de marchandises par exemple. Ces créances figureront au débit du compte fournisseur concerné (classe 40).


Créance commerciale

La créance est dite commerciale lorsqu’on parle d’actes de commerce. Elle se différencie donc de la créance civile, qui elle, concerne deux personnes non commerçantes. La créance commerciale est celle qui est due par une personne non commerçante ou une entreprise, quelle que soit sa forme juridique, à une entreprise en activité.

C’est la forme la plus courante de créances comptables, matérialisée par une facturation, en général avec mentions de la TVA, du montant hors taxe et du montant TTC. Elle est enregistrée dans les différents comptes clients (comptes 41) et comptes ventes (70) pour son montant hors taxe.

Toutes les créances ci-après sont considérées comme des créances commerciales (sauf la créance salariale qui est un peu à part)

Créance douteuse

Une créance est considérée comme douteuse à partir du moment où on estime qu’il y a très peu de chance de récupérer tout ou partie des sommes dues. C’est le cas, par exemple, quand une entreprise est en difficulté financière sans toutefois être en liquidation.

Une créance douteuse, par son caractère incertain, sera comptabilisée au débit d’une sorte de compte d’attente : “clients douteux ou litigieux” (416) et on créditera le compte 41.

créances comptabilité
Détails des créances en comptabilité générale

Créance privilégiée

La créance privilégiée peut se traduire ainsi : c’est une créance ou plus précisément un créancier privilégié qui se voit accordé une garantie de paiement de sa créance en cas de faillite de son débiteur. En d’autres termes, le créancier privilégié bénéficie d’une garantie de paiement c’est-à-dire d’un privilège vis-à-vis de l’ensemble des autres dettes du débiteur.

Ce terme s’oppose à celui de créancier chirographaire et ne concerne les entreprises que lorsqu’elles sont en difficulté. Le créancier privilégié peut avoir obtenu cette garantie par un nantissement ou une hypothèque. C’est souvent valable pour les banques.

La loi peut aussi fixer une priorité en cas de liquidation d’une société. Le trésor public, les salariés, les bailleurs d’immeuble sont en général prioritaires.

Créance chirographaire

A l’inverse du créancier privilégié, le créancier chirographaire ne bénéficie pas d’une préférence si l’entreprise est en cessation de paiement. C’est un créancier ordinaire qui risque la plupart du temps de perdre les sommes qui lui sont dues. Une créance chirographaire peut donc être assimilée à une créance irrécouvrable.

Créance irrécouvrable

Après être passée par le stade douteuse, une créance peut devenir irrécouvrable, ce qui confirme que le débiteur ne paiera jamais sa dette, souvent parce qu’il est déclaré en faillite. C’est à ce moment là seulement que le créancier pourra récupérer la TVA sur les sommes dues.

On créditera le compte “clients douteux et litigieux” (416) et on débitera les comptes “pertes sur créances irrécouvrables” (654) ainsi que le compte de “TVA collectée” (4457).

Créance salariale

La créance salariale représente l’ensemble des sommes qu’un employeur doit à un salarié : congés payés, indemnités de licenciement, primes, etc. et bien sûr, les salaires proprement dits. Ces éléments font partie de la comptabilisation de la paie et des charges sociales. Ils concernent donc les comptes : 6411 (salaires), 6413 (primes), 6414 (indemnités et avantages divers) qui seront débités des montants bruts.

Les comptes 431 (sécurité sociale), 437 (autres organismes sociaux), 425 (personnel : avances et acomptes), 4421 (prélèvement à la source), 421 (salaires nets à payer) qui seront crédités. On parle plutôt de créance salariale quand une entreprise n’a pas payé en temps et en heure ses employés, dans le cas d’un dépôt de bilan par exemple.

Conclusion : nous l’avons vu, il existe de nombreux types de créances en comptabilité qu’il faut savoir enregistrer pour répondre aux besoins d’équilibre exigés par le bilan comptable.

Auteur de l’article : Nadine GUEIBE

Rédactrice et comptable dans la vie, j'exerce une activité à mon compte et j'accompagne de nombreuses entreprises au quotidien. J'apporte mon expertise sur controledegestion.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *