rapport assainissement comptable.jpg

Comment faire un assainissement comptable ?

Chaque année, de nombreuses entreprises doivent assainir leur comptabilité. En effet, la réalité du terrain ne coïncide pas toujours avec la théorie et les écritures comptables. Il est donc nécessaire de procéder à une mise à niveau que l’on appelle assainissement comptable.

Cet article vous aidera à mieux comprendre la notion et vous livrera la définition d’un assainissement comptable. Qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi consiste-t-il ? Puis nous nous attarderons sur les procédures de l’assainissement comptable et sa méthodologie.


Assainissement comptable : définition

Assainir des comptes consiste à mettre en conformité les données chiffrées inscrites au bilan avec la réalité du terrain, par exemple, le stock réel de marchandises. Cette démarche qualité permet d’avoir une comptabilité fiable, la plus fidèle possible avec la réalité.

Commander un rapport d’assainissement comptable permet aussi d’obtenir une certification délivrée par un expert comptable. Cette homologation des comptes est un plus indéniable pour les autorités financières en cas de contrôle fiscal.

En quoi consiste un assainissement comptable ?

L’assainissement comptable est une mise à niveau qui met en parallèle tous les comptes d’actif et de passif préalablement enregistrés avec les inventaires physiques produits par l’entreprise et les informations fournies par celle-ci.

Qui réalise un assainissement comptable ?

L’expert-comptable est seul qualifié pour décider quelles opérations sont à retraiter pour arriver à la présentation d’une comptabilité cohérente, conforme à la législation. Il pourra établir, à la demande d’un chef d’entreprise en difficulté ou soucieux d’améliorer sa gestion, un rapport d’assainissement comptable afin de détecter les anomalies et de proposer des écritures de régularisation et de redressement. Le but étant d’aboutir à un assainissement des comptes comptables, certifiés fiables.

Saviez-vous qu’il existe pour chaque catégorie de comptes du plan comptable général (immobilisations, stocks, tiers, financiers) une démarche spécifique à effectuer en vue de l’assainissement de ces comptes.

Cette mission s’apparente un peu à la révision comptable ou à l’apurement des comptes :

  • La révision comptable est l’analyse des comptes annuels pour vérifier si ceux-ci reflètent bien une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et des résultats de l’entreprise.
  • L’apurement assure, après examen définitif des comptes, que les règles sont respectées et déclare le comptable « quitte » en lui donnant quitus.
assainissement comptable
Prévoir un rapport d’assainissement comptable peut aider une entreprise en difficulté

Procédure d’assainissement comptable

Tout au long de l’année, l’entreprise tient une comptabilité quotidienne mais il arrive qu’il y ait des erreurs d’écriture, des oublis, des pertes de documents, etc. A l’époque du bilan, quand il est temps de clôturer les comptes, c’est là qu’on s’aperçoit des inexactitudes ou des imprécisions.

C’est alors le moment de mettre de l’ordre dans sa comptabilité pour qu’elle corresponde au plus près à la réalité. C’est l’assainissement des comptes comptables.

La mise en œuvre d’un assainissement comptable tient en une procédure composée de plusieurs étapes.

Étape 1 : rapprochement des comptes de tiers (tiers, créances, dettes)

La première étape de l’assainissement comptable consiste à vérifier les comptes tiers de l’entreprise.

  • Vérifier les comptes tiers de l’entreprise : les comptes clients et fournisseurs génèrent toujours beaucoup d’écritures. L’entreprise peut décider de tenir ces comptes dans une comptabilité auxiliaire avec centralisation des soldes en fin de période.

Le travail d’assainissement comptable au moment du bilan consiste d’abord à vérifier si les soldes reportés sur la comptabilité générale correspondent bien à ceux de la comptabilité auxiliaire.

  • Vérifier les créances clients et les dettes fournisseurs: l’entreprise doit aussi vérifier l’état des créances clients et des dettes fournisseurs en attente. Il faut veiller à ce que les montants ne soient pas disproportionnés, que les soldes ne soient pas trop anciens, qu’il n’y ait pas de soldes clients créditeurs ou de soldes fournisseurs débiteurs. Auxquels cas, le comptable constituera des provisions pour d’éventuels impayés, par exemple (compte 416 : client douteux).

Il devra enregistrer des écritures de régularisation (ou écritures comptables d’assainissement), selon les informations fournies par l’entreprise (compte 408 : factures non parvenues, compte 418 : factures à établir…), ceci pour rattacher correctement certains produits et charges.

Étape 2 : clôture du compte d’attente

Certaines opérations, dont l’imputation est incertaine, ne sont pas affectées définitivement en cours d’exercice dans un compte déterminé. Elles sont alors enregistrées provisoirement dans un compte d’attente, le compte 471. Il doit être soldé à la clôture de l’exercice. Les sommes qu’il contient doivent être transférées dans les comptes concernés, après obtention des informations manquantes.

Étape 3 : justification des comptes de trésorerie

Les comptes banque (512) et caisse (530) correspondent, en principe, au compte en banque. Mais, il y a souvent un décalage entre le relevé bancaire et les opérations saisies en comptabilité à la fin d’une période donnée. Ce décalage doit être justifié par un document appelé le rapprochement bancaire. Toutes les sommes qui composent ce décalage doivent y figurer.

Étape 4 : assainissement comptable social et fiscal

Les taxes, qu’elles soient sociales (compte 43) ou fiscales (compte 44) inscrites à l’actif ou au passif doivent être recensées sur un bordereau de charges, tout comme les créances et les dettes sociales en suspens. La TVA doit faire l’objet d’une régularisation annuelle.

Étape 5 : autres vérifications

  • Vérification de la bonne affectation des immobilisations pour qu’elles ne soient pas considérées comme des charges.
  • Vérification de la méthode de valorisation des stocks et des en-cours.
  • Rapprochement des échéanciers des emprunts avec leurs soldes

Conclusion : un rapport d’assainissement comptable est une nécessité dans certaines situations critiques pour l’entreprise. Ce type de procédure peut aider un gérant à y voir plus clair et à gagner en efficacité dans le contrôle de sa gestion et de sa comptabilité.

SOURCES

Crédits images : Pixabay.com

Auteur de l’article : Nadine GUEIBE

Rédactrice et comptable dans la vie, j'exerce une activité à mon compte et j'accompagne de nombreuses entreprises au quotidien. J'apporte mon expertise sur controledegestion.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *