qu'est-ce qu'une micro entreprise

Quelle est la différence entre une micro entreprise et un auto entrepreneur ?

Vous désirez créer votre propre entreprise, mais vous ne savez pas quel statut choisir ? On vous a parlé de l’autoentrepreneuriat , mais on vous a aussi conseillé la micro entreprise… Malgré vos recherches vous ne comprenez pas la différence entre une micro-entreprise et l’auto-entrepreneur ? Dans ce guide, vous découvrez le maximum d’informations concernant ces deux dénominations. 

Spoiler Alert : les deux régimes ont fusionné et ne constitue désormais plus qu’un seul et même régime ! Restez quand même avec nous : la suite de l’article vous donne quelques clés pour mieux comprendre le statut de la micro entreprise (ou autoentreprenariat)


Avant 2016 : la micro-entreprise et le régime auto-entrepreneur constituaient deux statuts différents 

je vous propose de commencer par un rapide petit point historique pour bien comprendre l’évolution de ces deux statuts juridique dans le temps.

Avant 2016 : la micro entreprise et l’auto-entreprise désignaient deux catégories d’entreprises différentes. Cela avait surtout une importance pour leur régime fiscal et leur régime social. Les deux appellations « micro-entrepreneur » et « auto-entrepreneur » désignaient alors l’entrepreneur qui choisit le régime fiscal et social correspondant. 

Micro entreprise VS Auto entreprise (avant 2016)

le tableau comparatif explique les différences entre la micro entreprise et l’autoentreprise avant 2016. ces différences n’existent plus. Il s’agit simplement d’un rappel historique qui permettra d’aider les personnes souhaitant en savoir plus.


Statut d’auto-entrepreneur (avant 2016)Statut de micro-entrepreneur (avant 2016)
Régime fiscal Versement libératoire d’impôt sur le revenu calculé forfaitairement sur la base du chiffre d’affaires.Impôt sur le revenu basé sur le montant brut des CA après soustractions des frais personnels. 
Régime social Cotisations sociales basées sur un pourcentage du CA. Régime social des travailleurs indépendants. 
Comparatif micro entreprise vs autoentrepreneur avant 2016

A partir de 2016 : les deux régimes fusionnent

C’est en 2016 que l’état décide de fusionné le régime fiscal et social appliqué à ces deux catégories d’entreprises. Cette fusion intervient dans un objectif de simplification de la comptabilité pour tous. Il n’y a désormais plus qu’un seul régime fiscal et social : le régime de micro-entreprise

L’appellation « auto-entrepreneur » ne doit donc plus être utilisée dans les textes juridiques et administratifs. Il faut désormais parler de micro-entrepreneur lorsqu’on évoque un chef d’entreprise ayant choisi le régime correspondant. Toutefois, la dénomination auto-entrepreneur est encore utilisée pour faciliter la compréhension du public qui y est habitué.

Comment est taxé une Micro-entreprise ?

La fusion des deux statuts n’empêche pas la taxation de l’état, mais simplifie une grand nombre de démarche au quotidien et supprime surtout beaucoup de freins pour lancer son projet d’entreprenariat individuel. Les démarches administratives ainsi que les procédures fiscales et sociales sont désormais simplifiées. Voici un bref récapitulatif des impôts à prévoir pour le régime de la micro entreprise.

Le chiffre d’affaires 

Les trois points clés à savoir sur le chiffre d’affaire d’une micro entreprises sont les suivants :

  • Le micro-entrepreneur (ou auto-entrepreneur) est déchargé du bilan comptable et du résultat annuel. Il doit simplement enregistrer ses recettes dans un livre de finance conforme à la réglementation. 
  • Il doit ensuite déclarer son chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres. Il peut exprimer son choix sur la périodicité de la déclaration dans le mois suivant le début d’activité. 
  • Pour connaître le montant du CA à déclarer, il suffit d’additionner les recettes que vous avez encaissées durant la période de déclaration. Par exemple, le CA du mois de janvier est la somme des recettes du 1er au 31 janvier. Si vous n’avez réalisé aucune vente durant cette période, vous déclarez un CA de 0 €. 

L’impôt sur le Revenu et les charges sociales

Pour déterminer les revenus imposables, il faut appliquer un abattement forfaitaire sur le chiffre d’affaires réalisé par la micro-entreprise. Et c’est sur ces revenus imposables que va être appliqué le taux de l’impôt sur le revenu et le taux des cotisations sociales.

À noter que le taux de l’abattement ainsi que ceux des impôts et taxes varient en fonction de votre activité. Aussi, renseignez-vous bien sur les activités compatibles avec le régime de micro-entreprise. Puis informez-vous sur la nature de l’activité pour respecter les règles fiscales applicables. 


Type d’activité 
Taux d’abattement sur le chiffre d’affaires Taux des bénéfices imposables/CA Taux de l’impôt sur le revenuTaux de cotisations sociales
Vente de marchandises et prestation d’hébergement 
71 %

29 %

1 %

12,80 %
Prestation de services commerciaux ou artisanaux
50 %

50 %

1,70 %

22 %

Professions libérales 

34 %

66 %

2,20 %

22 %
Tableau comparatif des taxes micro entreprise en fonction du statut choisi

Qui peut devenir micro-entrepreneur ?

Le régime de micro-entreprise est établi dans l’objectif d’encourager les Français à entreprendre. Vous n’avez pas besoin d’avoir beaucoup d’argent ni de faire des démarches administratives fastidieuses pour créer votre entreprise. 

Si vous ne savez toujours pas vous décider : vous pouvez consulter l’article de Legalstart autour des avantages et inconvénients de la micro entreprise.

Les personnes éligibles au statut de micro-entrepreneur 

  • Toute personne capable (apte à être titulaire de droit et à exercer son droit) et en âge de travailler (16 ou plus) peut devenir micro-entrepreneur. Aussi les étudiants, les nouveaux diplômés, les demandeurs d’emploi et les retraités peuvent créer leur entreprise individuelle. 
  • Les salariés peuvent également créer leur propre entreprise tout en continuant à travailler chez leur employeur. Vous pouvez cumuler le statut de salarié et de micro-entrepreneur si vous respectez vos obligations professionnelles et si vous ne concurrencez pas votre employeur. 

Les activités que l’on peut exercer sous le régime de la micro-entreprise

  • Activité commerciale : concerne ceux qui achètent des biens ou des marchandises pour les revendre. Exemple : revendeur de bijoux fantaisie, conseiller en gestion immobilière
  • Prestation de services rattachés au domaine commercial : vente de repas à emporter par exemple. 
  • Artisanat : les artisans sont des personnes dont le métier consiste à fabriquer, transformer ou réparer à l’unité des produits. Celui qui exerce le métier doit justifier une qualification professionnelle dans le domaine concerné. C’est le cas par exemple d’un fabricant de produits de décoration. 
  • La prestation de services intellectuels : les personnes dont les missions consistent à apporter leur expertise sur un domaine précis. C’est le cas par exemple d’un architecte, d’un webdesigner, d’un consultant en ressources humaines ou d’un coach sportif.

Les activités que l’on ne peut pas exercer sous le régime de la micro-entreprise 

  • Les activités assujetties à la TVA immobilière : lotisseurs, agents immobiliers, vendeurs de biens immobiliers, etc.
  • Les activités agricoles rattachées au régime de la Mutualité sociale agricole (MSA) : les travaux d’amélioration foncière et les travaux entrant dans le cycle de production animale ou végétale. 
  • Les professions libérales nécessitant l’intégration à un ordre : il s’agit notamment des professions de la santé, des professions de comptabilité et des professions juridiques et judiciaires. 

Vous savez désormais comment faire la différence entre les divers lexiques utilisés pour parler d’une micro entreprise et de l’autoentrepreneur. Vous savez aussi comment reconnaître un micro-entrepreneur selon son activité. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.