GAFA vs Banque

Les Gafa : des menaces plus sérieuses que les fintech  pour les banques

Les startups ou les fintech sont les nouveaux établissements financiers dont l’ambition est de concurrencer les offres des banques traditionnelles. Quitte à bousculer le marché des banques mobiles, ils proposent des services tels que les paiements mobiles, les agrégateurs de compte et bien d’autres pour se faire une place au soleil.

D’un autre côté, les nouveaux géants numériques type Google, Amazon, Facebook, Apple, que l’on connaît mieux sous le nom de GAFA font petit à petit leur entrée sur ce marché. De ce fait, ils deviennent inévitablement des concurrents directs de ces start-ups financières et des banques traditionnelles.

Leur objectif est d’avoir aussi leurs parts sur ce marché en constante évolution. Si les banques traditionnelles restent plus chères au cœur des consommateurs par rapport aux fintech, elles doivent prendre davantage en considération ces nouvelles menaces…

Des chiffres qui ne mentent pas

L’étude Bain & Company réalisée fin 2011 porte sur les banques mobiles. Cette dernière a été réalisée auprès d’un public d’environ 10 000 personnes en France. En voici les résultats :

Seul un consommateur sur 4 s’intéresserait aux fintechs

Selon les résultats de cette étude annuelle effectuée par Bain & Company, seule une personne sur quatre serait prête à recourir aux services des fintechs. Pourquoi ? Tout simplement parce que malgré leurs produits et services innovants, ces enseignes ont beaucoup de mal à se faire une réputation de marque et encore moins à bâtir un modèle de distribution à grande échelle. C’est l’explication avancée par Ada Di Marzo, le spécialiste des services financiers chez ce cabinet, dans son communiqué. Par conséquent, ils ne séduisent pas le plus grand nombre…

Un seul client sur 6 recommande les banques traditionnelles

Il y a peu, un concurrent de taille pour les banques traditionnelles a émergé en France. On parle bien sûr d’Orange Bank, la banque mobile lancée par le géant des télécoms Orange. Même si les banques mobiles et selon le site  detective-banque.fr, les banques en ligne ne font pas l’unanimité auprès des usagers, l’étude de Bain & Co avertit les banques traditionnelles de ne surtout pas baisser leur garde.

Les résultats de l’enquête démontrent que

  • Les banques traditionnelles sont peu recommandées par les usagers qui ne leurs font pas vraiment confiance. Seul un de leur client sur six les recommanderait auprès des autres consommateurs.
  • Les GAFA suscitent plus d’intérêt auprès des usagers, d’où la menace que ces géants numériques présentent pour elles.

Une personne sur 3 ferait confiance aux GAFA

Les banques françaises se méfient des GAFA et pour preuve, le groupe BPCE et la Société Générale sont les seules à avoir engagé des partenariats face à des initiatives comme la proposition d’un système de paiement d’Apple ou encore la nouvelle offre de transfert d’argent par messagerie de Facebook.

Les consommateurs ne semblent pas partager le même avis car sur les personnes questionnées par Bain & Co, 1 sur 3 se disent disposés à utiliser un produit ou un service financier d’un géant numérique. La plupart d’entre elles sont les jeunes. L’intérêt pour les Gafa est donc plus important que celui pour les fintech.

banque en ligne

Un partenariat « naturel » entre les banques traditionnelles et les fintech

Les dirigeants de certaines banques françaises semblent avoir bien pris la concurrence représentée par les fintech si on se fie à leurs déclarations. Ils font preuve de prudence en ce qui concerne les Gafa, surtout avec des exemples comme Tencent, le géant de la technologie chinois dont l’offre de paiement mobile par messagerie (WeChat) a séduit un nombre record d’utilisateurs.

François Pérol, président du directoire de BPCE déclare que Les fintech sont des “partenaires naturels” plus que des adversaires mais, au final, tout le monde concurrence les autres acteurs sur le secteur bancaire, qu’il soit une startup, un GAFA ou Orange. Les résultats de cette étude semblent donc aller dans ce sens et démontrent à quel point ces arrivants peuvent renforcer la concurrence.

Auteur de l’article : Jean

Jean est un passionné de comptabilité. Après ses études d'économies, il se lance dans l'univers du web pour partager ses connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *